Hebdomadaire d'information
 
Volume 41 - numÉro 1 - 28 août 2006
 Sommaire de ce numéro
 Archives de Forum

Des Chinois en stage la Facult de droit

Les liens entre la Chine et l’UdeM conduisent à la venue de 28 étudiants chinois

Guy Lefebvre et Yali Wen

«Il y a beaucoup de débats dans les cours et, à l’extérieur des salles de classe, nous pouvons circuler librement, ainsi que sur le campus, sans avoir constamment à montrer un permis, comme c’est le cas dans notre pays», souligne Zhiyi Wang, qui faisait partie d’un groupe de 28 étudiants chinois inscrits au nouveau programme d’été de la Faculté de droit. Les cours se sont déroulés du 25 juillet au 18 août.

Ce stage constitue la suite logique d’une fructueuse collaboration entre l’Université de Montréal et la Chine, dont les premières activités remontent à 1998, lorsque des juges chinois ont suivi, ici, une première formation. Depuis 2002, la Faculté a sa propre école d’été en Chine, très prisée par les étudiants de l’Université mais également par les autres facultés de droit du pays. L’ouverture cette année d’une école d’été à Montréal intensifie les liens entre la China University of Political Science and Law et l’UdeM.

On a présenté aux stagiaires les différentes branches du droit tel qu’il se pratique au Québec, au Canada et aux États-Unis. Ils ont également pu observer des manifestations sociales, notamment les Outgames, impensables dans leur pays.

«C’est la première fois que ces jeunes touchaient à une culture autre que la leur et, pour eux, c’était extrêmement intéressant», résume Jie Jiao, professeur en Chine et étudiant au doctorat à la Faculté de droit. En fait, pour la majorité, il s’agissait d’un premier voyage en dehors du territoire chinois.

«La Chine est actuellement engagée dans une réforme majeure de son système législatif, signale pour sa part Guy Lefebvre, directeur du programme estival et vice-doyen à la Faculté. C’est un pays de tradition civiliste. Notre système, qui tout en étant civiliste est très bien intégré aux coutumes de l’Amérique du Nord, suscite beaucoup d’intérêt.» Les cours – 72 heures en tout – ont été donnés en anglais.

Zhiyi Wang

«Les professeurs sont plus critiques ici, raconte Yu Huang. Par exemple, à l’égard de l’Accord de libre-échange nord-américain. Nous avons appris en Chine que c’était un accord très efficace. À Montréal, nous entendons un point de vue plus nuancé.»

Mais l’enthousiasme des étudiants ne s’est pas limité aux professeurs et aux cours. Tout dans la métropole semblait les réjouir, à commencer par le calme relatif de la ville. «À Pékin, c’est tellement frénétique», dit une étudiante. Certains aliments ont aussi fait des adeptes: «J’adore le fromage et la crème glacée», s’est exclamée Rachel Xiang. Au moment où nous les avons rencontrés cependant, les étudiants s’apprêtaient à aller manger dans un restaurant… chinois.

Paule des Rivières

 

 

Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.