Hebdomadaire d'information
 
Volume 41 - numÉro 3 - 11 septembre 2006
 Sommaire de ce numéro
 Archives de Forum

Les femmes en politique: différences France-Québec

Isabelle Giraud soutient une thse sur les politiciennes

Ségolène Royal

En politique, lgalit entre les hommes et les femmes reste faire, estime Isabelle Giraud, qui a soutenu le printemps dernier sa thse de doctorat sur cette question au Dpartement de science politique de lUdeM.

Bien quil ny ait jamais eu en France de femme ministre des Finances (ce qui a t le cas au Qubec), un important ministre traditionnellement masculin, celui de la Dfense, est actuellement dirig par Michle Alliot-Marie, du Rassemblement pour la Rpublique. Selon Isabelle Giraud, les Franais ont volu, mais pas les politiciens. Il existe aujourdhui un foss norme entre la classe politique et la population franaise. En France comme au Qubec, la reprsentation fminine au gouvernement atteint pniblement les 30%.

Au Qubec, les partis politiques restent attentifs au militantisme des femmes. Cependant, aucune femme na encore accd au poste de premier ministre, et seulement 3 dputs sur 10 sont des femmes. On est loin de la parit, mme si le Qubec est le seul endroit en Occident o elle se soit faite sans quon ait eu besoin de lgifrer.

Une candidate la prsidence de la Rpublique franaise, Sgolne Royal, a obtenu 32% des intentions de vote auprs des Franais selon un sondage TNS Sofres/Unilog pour RTL, Le Figaro et LCI le 20 juin dernier. Ce score la place en tte des prsidentiables. Mais ses principales difficults maneront de ses propres rangs. Au Parti socialiste, au moins huit politiciens (dont son mari, Franois Hollande, premier secrtaire du Parti) ont envisag de poser leur candidature, ce qui nuirait celle de Mme Royal par lparpillement des votes militants. Ce sont les politiciens qui font de la rsistance; le peuple, lui, semble prt, remarque Isabelle Giraud.

Un travail de 600 pages

Une cinquantaine dentrevues, menes auprs de spcialistes de la cause fministe de part et dautre de lAtlantique, ont t ncessaires pour effectuer cette recherche de plus de 600 pages. Une mise en perspective simposait demble: Bien que la situation ne soit gure satisfaisante, il faut savoir quen 1960 les femmes taient exclues du monde politique, les rgimes traditionalistes franais et qubcois niant la question de la citoyennet des femmes et la reconnaissance des droits reproductifs, dit Mme Giraud.

Le projet de comparaison France-Qubec aux cycles suprieurs a vu le jour en 1998, alors que les deux gouvernements sengageaient dans deux politiques radicalement diffrentes de fminisation des assembles lues. Le gouvernement Jospin, en France, proposait une rforme de la parit et celui du Qubec annonait le financement dun programme de formation des femmes la politique, explique-t-elle au cours dun entretien tlphonique depuis la France, o elle est retourne sinstaller aprs ses tudes. Son doctorat a dailleurs t ralis en cotutelle avec Jane Jenson, de lUniversit de Montral, et Armelle Le Bras-Chopard, de lUniversit de VersaillesSaint-Quentin-en-Yvelines.

Dans les annes 70, la revendication du droit lavortement permet aux femmes de se structurer. cette poque-l, seulement 10% de femmes sont au Parti socialiste, aucune dans les autres partis, observe Isabelle Giraud. Et le strotype de la femme moderne qui travaille tout en gardant les attributs classiques de la mre de famille perdure.

Vaira Vike-Freiberga présidente de la Lettonie... et ex-professeure de l’UdeM

Au Qubec, en revanche, le fminisme sinstitutionnalise ds 1973 avec la cration du Conseil du statut de la femme. Avec larrive du Parti qubcois au pouvoir, les luttes fministes acquirent leur lgitimit. En effet, sil nexiste pas de ministre qubcois de la Condition fminine, le fait que des femmes occupent diverses fonctions dans les secrtariats et ministres leur permet de se faire entendre sur les questions dbattues. En France, les choses bougent plus lentement. Pourtant, le militantisme fministe franais prend de lampleur: en 1974, la loi sur lavortement est adopte, certains droits sont accords, mais sans se soucier de leur application sur le terrain. Cest le temps de la bonne conscience, souligne Mme Giraud.

Malgr ces bouleversements, la situation volue peu peu: en 1988, 18% de Qubcoises sont en politique alors que les Franaises en sont pour ainsi dire absentes. Si la clbration du bicentenaire de la Rvolution franaise remet la Dclaration des droits de lhomme au gout du jour, ce texte est aussi peru comme la dclaration des droits des mles! reconnait la politologue.

La femme, avenir du politicien

Dans les deux socits, lapproche de la dimension sexue des droits politiques reste intellectuelle: on analyse les limites de la citoyennet fminine. Les annes 90 marqueront un tournant dcisif. Mondialisation aidant, la France et le Qubec sont plongs dans une profonde remise en question. En France, indique Isabelle Giraud, les scandales politiques font perdre aux politiciens leur crdibilit, cette situation favorisant lmergence de la parit et son succs: en cinq ans, les transformations ont t considrables, lEurope ayant jou un rle majeur dans lavancement du dossier, notamment avec la dclaration dAthnes, en 1992, qui posait la question de la place des femmes en politique. En 1996 est cr lObservatoire de la parit dans les associations, mdias et syndicats, et, deux ans plus tard, le gouvernement Jospin entreprend une rforme sur la parit destine contraindre le monde politique faire une place aux femmes. La parit devient institutionnelle.

Au Qubec, le programme galit pour dcider organise des consultations rgionales, finance la formation politique des femmes et la cration dune banque de candidates. On place des femmes dans les conseils dadministration. Une situation volutive, donc. Pourtant, en 1999, les rsultats ne sont pas renversants: on compte 24,5% de conseillres municipales au Qubec, tandis quen France, o la parit est obligatoire dans les communes de plus de 3500 habitants, de 35 40% de femmes sigent diverses instances, 47% dans les instances rgionales, mme si les postes accords restent dans des sphres traditionnellement fminines: ducation, sant, famille et culture.

Ce nest quun dbut, continuons le combat, scandaient les manifestants en mai 1968. Prs de 40 ans plus tard, il est plus que jamais dactualit. Et si la femme est lavenir de lhomme, comme disait le pote, il reste encore en convaincre les principaux intresss

Michelle Chanonat
Collaboration spciale

Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.