Édition du 21 mai 2002
 
  Tout sur líopinion publique et líéducation
Conçue par Jean-Pierre Proulx, la banque de données Opinéduq permet de consulter pas moins de 433 sondages sur líéducation au Québec.

De son propre aveu, Jean-Pierre Proulx a toujours éprouvé un besoin irrépressible de classement. «J'ai raté ma collection de timbres, admet-il, mais je me suis repris avec les enquêtes d'opinion publique, qui m'ont toujours fasciné.»

Professeur au Département d'études en éducation et d'administration de l'éducation, M. Proulx s'est appliqué à satisfaire son envie avec les données de 433 sondages, réalisés au Québec entre 1945 et 2001, relatifs à tous les domaines de l'éducation et allant de la maternelle à l'université. En tout, ce sont quelque 6400 questions qui ont été indexées avec leurs données.

«Les objectifs de cet outil de recherche sont de dégager les tendances qui se dessinent dans l'opinion publique à l'égard de l'éducation depuis la Révolution tranquille, de mesurer l'impact de cette opinion sur les changements en éducation et d'enrichir les problématiques de recherches futures», explique le professeur.

Fasciné par les enquêtes d'opinion publique, Jean-Pierre Proulx a classé les données de 6400 questions relatives à l'éducation au Québec.

Cet outil lui est apparu d'autant plus pertinent et nécessaire que les sondages sur l'éducation se sont multipliés à partir du milieu des années 80 et que l'information qu'ils contiennent est éparse et éclatée. Baptisée Opinéduq, pour «Opinion publique sur l'éducation au Québec», la banque de données permet de parcourir cette information à partir de n'importe quel élément connu du sondage, soit le titre, l'année, la maison de sondage, le mandataire, le public cible, le territoire couvert, le thème ou les mots clés des questions. On peut savoir, par exemple, combien de fois une question précise a été posée et quels ont été les résultats obtenus selon les années.

En cherchant par thèmes, l'utilisateur peut consulter toutes les questions posées sur un sujet en particulier et observer l'évolution de l'opinion ou l'effet de la formulation sur les réponses. Les résultats obtenus à partir d'une demande précise permettent par ailleurs de naviguer dans le document vers d'autres éléments liés à ces résultats, par exemple les sondages réalisés au cours de la même année, par le même sondeur ou sur le même thème. La banque contient aussi les titres d'articles d'analyse associés au sondage consulté.

«Nous n'avons inclus que les sondages effectués selon les règles de l'art, faits auprès du public en général ou des parents en particulier, ce qui exclu les sondages maison», souligne M. Proulx.

L'un des grands mérites de ce travail est de rendre ainsi accessibles certains sondages qui n'ont pas fait l'objet de publications et qui sont donc demeurés inconnus du grand public. La banque contient par exemple une trentaine de sondages dénichés aux archives de l'Université de Montréal et qui n'ont jamais été diffusés.
Cette banque est destinée non seulement aux étudiants et aux professeurs en éducation mais également aux décideurs dans les établissements scolaires, aux médias et aux sondeurs eux-mêmes.

Opinéduq devrait être disponible sur cédérom à l'automne prochain et éventuellement sur Internet. La réalisation informatique a été assurée par Jean-Marc Cyr, de la Direction générale des technologies de l'information et de la communication.

Daniel Baril




 
Archives | Communiqués | Pour nous joindre | Calendrier des événements
Université de Montréal, Direction des communications et du recrutement